Harnais culotte ou harnais ceinture?

HARNAIS CULOTTE OU HARNAIS CEINTURE

L’arrivée du harnais fin 70 (77 à Hawaï selon la légende) fait exploser l’univers de la planche à voile et les performances (principalement la vitesse et la durée de navigation).

Avant son apparition il fallait être un solide gaillard pour enchaîner quelques heures de navigation au planning en mode « dehooké » (sans s ‘accrocher).

Plus une évolution qu’une réelle invention, le harnais provient d’un gilet de flottaison nautique adapté à la planche à voile.

Tout d’abord très inconfortable au niveau des côtes, l’évolution de ce gilet est surtout marqué par l’apparition de la « spreader bar » (barre avec le crochet de fixation) qui reparti la charge de la voile plus uniformément sur l’utilisateur.

Avec le confort viendra la sécurité, non négligeable, car les mousses de rembourrage permettront d’augmenter la flottaison.

Le harnais permet donc à monsieur et madame tout le monde de découvrir un univers réservé jusqu’ici à une élite ayant une excellente condition physique.

Cet équipement fait son apparition en même temps que les straps et permet d’utiliser de plus grandes voiles : en effet, le harnais fonctionne comme un levier, le point de fixation de ce levier étant le couple pieds/straps, et le point d’appui, la boucle de harnais.

« Donnez moi un point d’appui et je soulèverai la terre » (Archimède)

Archimède de Syracuse (-287 / -212)

Le harnais permettra donc d’utiliser de plus grandes voiles et de mettre en jeux des forces plus importantes en économisant de l’énergie.

On peut donc maintenant naviguer surtoilé !

La tension musculaire ressentie sur les bras est maintenant repartie sur l’ensemble du corps, ce qui permet de contrebalancer les forces appliquées sur la voile.

Le choix de cet équipement est souvent délaissé par les riders alors qu’en réalité, il s’agit d’un dispositif essentiel, qui, bien choisi, sera la clé d’une session réussie.

Il existe deux types principaux de harnais. Il seront à étudier selon l’anatomie du rider (confort), le programme choisi et les conditions de navigation du spot.

Alors, harnais culotte ou harnais ceinture ?

 

Le harnais culotte:

Le harnais culotte est un harnais qui entoure le bassin et se compose de deux sangles sous-cutales (qui passent sous les jambes).

C’ est le harnais type « escalade » qui maintien le dos, le bassin et les jambes.

La navigation se fait ainsi en position “assise”.

Du fait que le harnais culotte maintien le bassin et le dos, le corps bouge moins , et donc les mouvements sont limités.

Ce harnais est à préconiser pour les utilisations intensives, navigations longues car il favorise le travail en puissance de la chaîne musculaire.

Il est également à privilégier pour les utilisateurs qui ont des problèmes de dos, car son maintien sera supérieur à un harnais ceinture.

Le centre de gravité de ce type de harnais est plus bas, la position au niveau du bassin impliquant une boucle en position basse.

Il est à déconseiller aux débutants, car, du fait de la boucle basse, s’accrocher et se décrocher est un peu technique.

Selon Archimède, un point d’appui plus bas impliquant une force de levier supérieure, le harnais culotte sera à préconiser pour des navigations plus puissantes.

En résumé, le harnais culotte sera à choisir pour les riders plutôt expérimentés qui recherchent des navigations longues, avec de grandes voiles afin d’optimiser la puissance, la vitesse, remonter au vent… ainsi que pour le lightwind ou vent medium.

Une position plus basse et assise impliquera des réglages spécifiques propres à chacun :

En règle générale, le wishbone sera plus bas, les bouts plus longs et les straps plutôt sur l’extérieur du flotteur (navigation type Race/Slalom).

Le harnais culotte délivrera tout son potentiel en navigant « calé » sur plan d’eau plat.

Un dernier détail, il sera compatible avec la plupart des gilets de flottaison, de par son positionnement.

 

Le harnais ceinture:

Le harnais ceinture ou dorsal ne possède pas de sangle sous-cutale et se porte plus haut.

Il se fixe autour des hanches.

Il ne bloque pas le bassin et laisse les jambes libres, on axe sur la maniabilité !

Il possède une boucle plus haute, il est donc aussi plus accessible pour les débutant car il est plus facile de s’accrocher et de se décrocher.

La navigation se fait en position « debout », et, le bassin et les jambes étant libérés, il est plus facile de se déplacer et de se replacer pendant la navigation.

La position debout favorise le contrôle du gréement et du flotteur.

Le ceinture demandera un peu plus d’engagement du corps, le contrôle se faisant avec les abdominaux, il faudra gainer d’avantage.

Le centre de gravité est plus haut, il est plus compliqué de naviguer en puissance, mais beaucoup plus facile de manœuvrer.

En résumé, le choix du rider se portera sur le harnais ceinture si celui-ci recherche plus de sensations et de maniabilité.

Les mouvements et les manœuvres sont plus précises, plus faciles.

La position plus haute de l’équipement impliquera des réglages tels que wishbone plus haut, bouts plus courts, et straps plus centrés.

Du fait de sa capacité de contrôle, le harnais ceinture sera plutôt utilisé sur plan d’eau agité et dans le « baston » (vent fort).

Mais tout cela dépend aussi de la discipline pratiquée.

 

Les différents programmes :

Raceboard/RS :X/Formula :

Pour ce genre de programme, avec des flotteurs volumineux, des grosses voiles caractéristiques du lightwind sur plan d’eau plat (en règles générales) et avec des parcours comportant de fortes remontées au vent, le harnais culotte sera privilégié.

Le crochet bas aura tendance à favoriser la gîte du flotteur de raceboard, et à tenir plus facilement les grandes voiles.

La position bloquée du bassin permettra d’être plus rapide et plus performant dans des conditions surtoilées et pour remonter au vent en gardant le planning.

Vitesse :

Plutôt harnais culotte.

Pour aller vite, il faut faire corps avec le gréement et limiter les mouvements.

La position assise, bloquée est propice à la vitesse.

Le plan d’eau est plat, on est très surtoilé et on navigue exclusivement sur la puissance.

Race/Slalom :

Un peu plus compliqué…selon les conditions et l’effet recherché, on portera son intérêt sur l’un ou l’autre.

Pour le lightwind, les plans d’eau plats ou les longues distances, on utilisera plutôt le harnais culotte.

Pour les runs de slalom dans le baston ou dans le chantier (clapot/vagues), pas besoin de puissance, on recherche de la maniabilité et de la précision : on libère les jambes et le bassin en optant pour le harnais ceinture.

Freeride :

La « nav » plaisir !

Ici on ne recherche pas la performance mais le fun, la glisse, la courbe, le jibe, bref, les sensations sans les prises de tête.

Le harnais ceinture, plus simple à enfiler et à enlever, moins technique offrira plus de liberté de mouvements.

Freestyle/wave :

Là il faut être réactif, mobile, rapide dans l’exécution, s’accrocher, se décrocher rapidement et fréquemment avant un move, un surf, un saut.

Il faudra du flex, de la torsion… le harnais ceinture sera un indispensable pour ce programme.

De plus, le crochet haut permettra de garder le contrôle à tout moment, y compris pendant les « one hand » (figures à une main).

Foil :

Le harnais servira, en foil, à stabiliser le gréement pour éviter au flotteur de monter et descendre sans arrêt.

La navigation se fait tout en douceur, le harnais ceinture avec son crochet haut est totalement approprié pour ce programme.

En resumé :

Le harnais culotte, de par son crochet bas et sa position assise conviendra parfaitement aux navigations lightwind/medium avec de grosses voiles et sur plans d’eau plat, ainsi qu’aux riders recherchant une navigation puissante et moins physique.

Le harnais ceinture sera idéal pour les riders à la recherche de maniabilité et de précision, avec un engagement plus physique.

Il ne faudra bien évidemment pas oublier le confort de navigation, et c’ est en grande partie pour cela que de plus en plus de riders utilisent les deux types de harnais en fonction des conditions du plan d’eau et du programme envisagé (ou improvisé).

Il est à noter que le passage de l’un à l’autre implique un temps d’adaptation et des réglages de wishbone et de bouts de harnais différents.

Découvrez notre gamme de harnais culotte et ceinture ici!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *